Exhibitions

After research and restoration the encovered artifacts are included in public collections and/or touring exhibitions.

Therefore, some of the most remarkable of the objects discovered by IEASM are presented to the public in several museums in the Philippines, in Egypt, in Spain or in France.

In 2005, the Egyptian authorities have exceptionally gave permission for that nearly 500 objects to be shown abroad in the exhibition Egypt’s Sunken Treasures. For four years the exhibition has for four years toured major cities in Germany, France, Spain, Italy and Japan.

By the time it closed, the exhibition in the Grand Palais had attracted the highest number of visitors per day in the history of exhibitions in Paris. (on average 7,500 visitors per day).

A number of objects shown in Egypt’s Sunken Treasures have been included in a new exhibition in the USA: Cleopatra, The Search for the Last Queen of Egypt.

When this international tour ends, Egypt will exhibit these objects in a new museum which will be constructed partly underwater in the harbour of Alexandria. This project will be brought about in cooperation with the UNESCO which considers it to be «one of the global flagship projects of underwater archeology and an example to follow by the States».



Museo Naval, Madrid

Ouverture en novembre 1999 au musée naval de Madrid des salles d’exposition consacrées à la collection des objets du San Diego issus de la part d’inventeur attribuée par l’État philippin.


Musée des Arts asiatiques - Guimet, Paris

Suite à la restauration du musée et de sa réouverture en 2001, une nouvelle salle consacrée aux courants commerciaux maritimes inter-asiatiques et vers l’Europe entre le 11e et le 18e siècle a été aménagée grâce à la donation d’une collection représentative d’objets provenant des fouilles dirigées par Franck Goddio et issus de la part d’inventeur attribuée par l’État philippin. Cette salle est située au deuxième étage, section « Chine ».


Museum of Antiquities at the Bibliotheca Alexandrina

Fondé en 2001, le musée présente une collection représentative de la richesse multiculturelle de l’Egypte et plus particulièrement d’Alexandrie. Des pièces maîtresses découvertes au cours des fouilles de l’IEASM dans le port Est d’Alexandrie et de la baie d’Aboukir font parties des collections exposées.


National Museum of Alexandria

Ouvert en 2004, le musée a été aménagé dans une villa de style italien, construite en 1929, rue Fouad. Entièrement rénové par le ministère de la Culture égyptien il présente plus de 1900 objets d’art qui illustrent l’histoire d’Alexandrie depuis les époques pharaoniques, les périodes gréco-romaine, copte et islamique.

Au rez-de-chausée, une salle du département gréco-romain, est réservée aux fouilles archéologiques sous-marines dirigées par Franck Goddio et recrée par son décor l’environ­nement sous-marin de ces découvertes.

Les pièces majeures de cette salle sont la stèle d’Héracléion et une statue de reine ptolémaïque sous forme d’Isis, découvertes sur le site immergé d’Héracléion. Des objets rituels en bronze, bijoux et monnaies d’or illustrent également la richesse du site archéologique. En provenance des fouilles réalisées dans le port Est d’Alexandrie, un prêtre portant un Osiris-Canope est présenté au public entouré de deux sphinx, dont l’un serait le portrait de Ptolémée XII, le père de Cléopâtre VII, la dernière des Ptolémées.


Underwater Archaeology, Technology and Research

Participation à l’exposition produite par la fondation maison des Sciences de l’Homme, Paris, et la mission de la Recherche et de la Technologie du ministère français de la Culture et de la Communication en association avec la Bibliotheca Alexandrina et CULNAT. Création en 2004 de deux modules de présentation des fouilles archéologiques de l’IEASM pour compléter l’exposition. L’Exposition a été réalisée en arabe, anglais et français.


Musée national de la Marine - Port-Louis, Lorient

Suite à la donation par Franck Goddio en 2002 d’une collection de 158 objets, le musée national de la Marine a installé dans la citadelle de Port-Louis un nouvel espace thématique consacré à l’archéologie sous-marine. Cette donation, issue de la part d’inventeur attribuée par les autorités philippines, est représentative des échanges maritimes entre l’Orient et l’Occident du XIe au XVIIIe siècle.


National Museum of the Philippines, Manila

Le musée national des Philippines a créé dans l’ancien bâtiment du ministère des Finances des salles d’expositions consacrées au mobilier issu de la fouille du San Diego et des épaves retrouvées aux Philippines. Ces salles sont ouvertes au public depuis juin 1998.

Depuis 1987, une partie des artefacts du Griffin sont exposés à Fort Pilar Branch Museum, Zamboanga City.




Osiris, Egypt’s Sunken Mysteries

This exhibition in Paris from September 2015 to March 2016 was showcasing the excavations directed by Franck Goddio in collaboration with the Egyptian Ministry of Antiquities in the western part of the Nile delta. Over 290 artefacts were presented in the exhibition halls of the Institut du monde arabe. Most were discovered in the recent underwater excavations carried out by the IEASM, but they were augmented by some 40 splendid exhibits on loan from the museums of Cairo and Alexandria — rare objects which have never before been seen in France, and even some that have never been seen outside Egypt before. Thus, without exception, all the exhibits of this extraordinary show have travelled from Egypt.


The San Diego Treasure

Le 14 décembre 1600, le San Diego, galion espagnol de 35 mètres, armé à la hâte pour défendre Manille contre les visées hollandaises, coule au cours d’un combat naval. Sur les cinq cent hommes d’équipage, il n’y aura que cent survivants. Or, les témoignages de certains d’entre eux contredisent fortement la version officielle du naufrage.

A la demande des Philippines, désireuses de retrouver les traces des grands témoins de leur histoire, Franck Goddio engagea des recher­ches. En 1990, la découverte de nouveaux documents permit de localiser l’endroit du naufrage. Le San Diego fût découvert gisant à 52 mètres de fond le 21 avril 1991. Deux campagnes de fouilles, en 1992 et 1993, furent nécessaire pour effectuer la fouille archéologique de l’épave et mettre au jour les objets restés prisonniers des flancs du galion englouti.

L’exposition qui suivit comportait plusieurs volet retraçant l’histoire maritime de la région, la recherche en archive et le repérage en mer, la fouille sous-marine et enfin la restauration et l’étude des objets. Elle permettait au public de revivre au plus près l’histoire: reconstitution de l’épave grandeur nature, films de la fouille projetés sur écran géant, galeries d’objets présentés par thèmes, plates-formes montrant et expliquant le travail des archéologues.


Cleopatra: The Search for the Last Queen of Egypt

Le 5 juin 2010, l’exposition Cleopatra: The Search for the Last Queen of Egypt (Cléopâtre, à la recherche de la dernière reine d’Égypte) ouvrait ses portes pour une première mondiale à Philadelphie au Franklin Institute. Cette nouvelle exposition présentait 142 objets et entraînait le visiteur à la suite de la recherche archéologique actuelle sur les traces évanescentes de la reine, des sables de l’Egypte aux profondeurs des baies d’Alexandrie et d’Aboukir. Organisée par National Geographic et Arts and Exhibitions International, avec la coopération du Conseil suprême des antiquités en Égypte et de l’Institut Européen d’Archéologie Sous-Marine, l’exposition a fermé ses portes le 6 janvier 2013.

Quatre grandes villes Nord américaines ont accueilli l’exposition :
- California Science Center, Los Angeles (CA) - (23 mai 2012 - 6 janvier 2012)
- Milwaukee Public Museum, Milwaukee (WI) (14 oct. 2011 - 15 april 2012)
- Cincinnati Museum Center, Cincinnati, OH (18 février - 10 septembre 2011)
- Franklin Institute, Philadelphie, PA (5 juin 2010 - 2 janvier 2011)

Voyages en mer de Chine
Musée portuaire de Dunkerque, participation à l’exposition (18 juin - 31 octobre 2004).

Plaisirs des thés
Musée de la Faïencerie, participation à l’exposition. Samadet (4 juillet - 30 octobre 2003).

Cleopatra of Egypt, from history to myth
- British Museum, Londres (10 avril - 26 août 2001)
- Field Museum, Chicago (20 octobre 2001 - 3 mars 2002)
Participation à l’exposition avec présentation de la tête de Césarion découverte dans le port Est d’Alexandrie et de la carte complète des structures submergées du port.

Sunken Treasures : Ming Dynasty Ceramics from a Shipwreck
Denver Art Museum (18 novembre 2001- 20 octobre 2002).
L’exposition présentait entre autres céramiques plus de 30 céramiques provenant de la fouille de la jonque chinoise San Isidro aux Philippines. Ces céramiques, objets utilitaires de la vie quotidienne aux décors floraux sous couverte de cobalt bleu, renseignent sur les réseaux commerciaux qui existaient au XIVe siècle entre la Chine et les Philippines et qui s’étendirent ultérieurement à l’Europe et aux Amériques.
Denver Art Museum »

Trésor englouti: céramiques chinoises du XVe siècle provenant de la jonque Lena.
Collections Baur, Genève (5 avril - 1er juillet 2001).

Sunken Treasure: Fifteen century Chinese ceramics from the Lena Cargo.
The Percival David Foundation of Chinese Art, Londres (septembre - décembre 2000).
Exposition de porcelaines chinoises du XVe siècle découvertes sur la jonque Lena au large des Philippines.
La fondation Percival David gère une des plus grandes collections (hors de Chine) de céramiques chinoises ainsi qu’une importante bibliothèque consacrée à la culture et l’art chinois. La collection est désormais abritée par le British Museum (room 95).

Weisses Gold
Francfort-sur-le-Main (septembre - décembre 1997).
Hambourg, Museum für Kunst und Gewerbe (juillet - août 1999).
Exposition réunissant les cinq jonques chinoises Lena, San Isidro, Breaker, Investigator, Royal Captain.
Galerie Francfort »
Galerie Hambourg »

Le Griffin
Musée de la Marine à Paris (mars - septembre 1989) composante de l’exposition.

La Fouille du Griffin
Musée national des Philippines (juin - décembre 1988).


Egypt’s Sunken Treasures

L’exposition Trésors engloutis d’Égypte présentait, pour la première fois, les objets issus de trois anciens sites immergés des rivages d’Alexandrie et de la baie d’Aboukir.

Dès 1992, sous la direction de Franck Goddio et en coopération avec le Conseil Supérieur des Antiquités en Egypte, l’IEASM entrepris des fouilles sous-marines dans le Port oriental d’Alexandrie et les cités d’Héracléion et de Canope Est. Bien que les cinq cents objets rassemblés par l’exposition Trésors engloutis d’Égypte ne représentaient qu’une infime partie des vestiges découverts, ils permettaient de faire surgir des eaux quinze siècles d’histoire. Ils invitaient à un voyage songeur et merveilleux dans le passé de cette région de l’Égypte antique, en contact avec le monde méditerranéen des Grecs, des Romains, puis des Byzantins, jusqu’à la conquête arabe.

Qu’il s’agisse de statues de dieux, de sphinx, d’effigies de rois ou de reines, de stèles, d’offrandes ou d’objets liturgiques, de céramiques, de bijoux ou de monnaies, d’objets de la vie quotidienne ou de parures guerrières, ces trésors ranimaient quelque peu la vie, la culture et les croyances de ceux qui les avaient façonnés.

L’exposition retraçait également l’aventure des archéologues sous-marins, savant mélange de rigueur méthodique d’une discipline et de passion. Si elle présentait avec la majesté qui leur était due ces pièces uniques, témoins d’une histoire qu’elle rappelait à la mémoire, l’exposition était portée par l’émotion de l’exploration, de la recherche et de la révélation d’un mobilier archéologique exceptionnel.

Les autorités égyptiennes propriétaire de ces collections ont accordé à l’IEASM l’autorisation de les faire circuler hors du pays. Elles ont été étudiées par des équipes de spécialistes - archéologues, historiens, égyptologues - qui ont bénéficié du concours de l’immense savoir de Jean Yoyotte, professeur honoraire au Collège de France et conseiller en Égyptologie de l’IEASM, dont elles ont souvent confirmé les travaux et les hypothèses.

L’exposition a été présentée dans cinq grandes villes européenne et au Japon à Yokohama (voir ci-contre).